Mon Histoire

Il y a 10 ans, j’étais esclave du système et je rêvais d’indépendance financière. J’avais la hantise d’attendre d’avoir 65 ans pour toucher une retraite insuffisante. C’était impensable.

Je savais qu’on pouvait devenir rentier en vivant de ses loyers.
Mais je savais aussi que seulement 3 % des investisseurs immobiliers sont des femmes.
Savez-vous pourquoi ?
Parce que, comme je le pensais aussi, elles ne s’imaginent pas en business woman.
Les femmes n’ont pas le temps, entre le travail, les enfants et toutes les activités.
Elles n’ont pas le temps pour faire des affaires.
Alors qu’en fait, si.

Je m’appelle Ting Yan Cortes et je suis maman de 3 enfants en bas âge.

Je suis venue grossir les statistiques en devenant indépendante grâce à l’immobilier.

Et pourtant, je travaillais à plein temps à côté.

Comment j’ai fait ?

J’étais salariée, acheteuse dans une entreprise d’import-export où tout se passait bien.

Je n’avais aucune connaissance en immobilier. Je partais de zéro avec 2 handicaps de départ : en tant que femme d’origine étrangère.

Pourtant, je savais que l’immobilier était une voie royale pour atteindre l’indépendance financière et quitter un système qui nous étrangle d’année en année.

Mes yeux brillaient en pensant que je pourrais assurer l’avenir financier de mes enfants. En imaginant vivre ma retraite bien avant l’âge normal et de façon plus que confortable.

Vivre de mes loyers… Quel plaisir ce devait être ! Pouvoir organiser mes journées librement, m’occuper de mes enfants à tout moment, savoir que mes comptes sont gonflés à bloc !

C’était décidé.

J’avais ma vision, je savais comment faire pour atteindre ce rêve. Je suis passée à l’action. J’étais disciplinée, déterminée à prendre mon destin en main et réaliser mon rêve. Et c’est en 2010 que j’achète mon premier studio en région parisienne. Puis en 2013, j’acquiers ma première colocation, toujours en région parisienne. De 2017 à 2019, je suis passée à la vitesse supérieure et je me retrouve propriétaire de cinq nouveaux appartements.

En février 2019, mon employeur me convoque dans son bureau et me remet une lettre pour un entretien préalable à un licenciement économique. Restructuration du service achat. Ça a été le point de départ d’une nouvelle vie. Les sept logements que je louais dégageaient assez de cashflow pour que je puisse vivre de mes loyers. En partie grâce à la stratégie de colocation qui permet de rentabiliser au maximum la surface à louer.

J’avais réussi ! A moins de 40 ans, je peux dire que je suis rentière.
Ou retraitée.

Et aujourd’hui, je peux vous aider.

J’aimerais que vous puissiez dire que c’est possible aussi pour vous.

Vous pouvez changer votre vie.

Pour cela, vous pouvez commencer par lire mon ouvrage « Mère de famille et rentière avant 40 ans grâce à l’immobilier », préfacé par Gilles Grimm, un homme parti de rien et qui a bâti un empire immobilier. Il est aujourd’hui propriétaires de plusieurs centaines d’appartements.

COMMANDEZ LE LIVRE MAINTENANT, VOUS AVEZ DROIT À 2 BONUS INCLUS

Retour haut de page